• 2012-04-06

    【卡地亚史诗般广告幕后专访】L’ODYSSEE DE CARTIER: Benoit Revilliod – Superviseur VFX – Digital District - [Enjoy]

    版权声明:转载时请以超链接形式标明文章原始出处和作者信息及本声明
    http://www.blogbus.com/wzxhdl520-logs/203370170.html

    // L’ODYSSEE DE CARTIER – BRUNO AVEILLAN

    Pouvez-vous nous expliquer votre parcours?

    Mon parcours est celui d’un autodidacte.

    J’ai commencé à vouloir faire de la synthèse en classe de seconde en rencontrant un passionné. On a fait nos premiers films avec 3D Studio 2.0 sous Dos. Deux années plus tard, on a eu une silicone avec Alias et là, ce fut la révélation!

    Dès que j’ai eu assez d’images à présenter, mon but a été d’intégrer une vraie boîte d’effets spéciaux 3D, pour me former de manière professionnelle.

    J’ai fait tout mon possible pour entrer à Ex Machina, où je suis resté environ 3 ans, au début en stage puis de nuit et enfin de jour. J’en garde un excellent souvenir, en particulier grâce à mes mentors Jean Colas (qui m’a appris à faire un bon éclairage 3 points, avant de partir travailler sur l’épisode 1 de STAR WARS) et Jérome Gordon (en modeling).

    À cette époque, les anciens avaient une réelle volonté de transmettre !

    Comment est-ce que Digital District s’est retrouvé impliqué sur ce film?

    Très naturellement, les films de Bruno se font à Digital District. Avant, ils se faisaient à La Maison, maintenant chez Digital, il est comme à la maison.

    Comment s’est passée la collaboration avec le réalisateur Bruno Aveillan?

    Très bien, on a l’habitude de travailler ensemble, on connaît nos attentes respectives.

    Quelle était son approche des effets visuels?

    Bruno travaille les effets avec une vision plus compositing que 3D, mais il en connaît très bien les possibilités. Bruno n’imaginait peut-être pas pouvoir intégrer autant de 3D dans le film, mais avec les bijoux, le léopard, l’avion, les mattes 3D, etc., la proportion a finalement pris de l’ampleur.

    Quel matériel avez-vous utilisé sur le tournage pour récupérer toutes les informations nécessaires?

    Sur le tournage le plus difficile est de ne pas gêner les équipes. C’est le responsable du tracking, Fred Meyer, qui a tenté de récupérer le plus d’informations possibles sur le tournage: en photo, distances, map HDRI avec notre robot, map en tous genres, vitesse de la caméra, …

    On a aussi fait des grilles de déformation pour toutes les focales en anamorphique et en sphérique et une maquette spéciale track pour le tournage de l’éléphant.

    Pouvez-vous nous expliquer la création des plans montrant la libération de la panthère?

    Les éléments tournés ne permettaient pas de réaliser ces plans. Il n’est pas facile de mettre une vraie panthère dans la position d’une statue.

    La création de la panthère a été un vrai challenge pour le superviseur de l’animation, Mathieu Royer. Pour la rendre vraiment féline, notre lead setup Jerome Caperan, a même poussé le vice jusqu’à en recréer les muscles.

    La base de l’explosion a aussi été faite en 3D, car les éléments tournés faisaient plus poudre que diamant. Une fois la base 3D solide, les graphistes compositing ont fait un travail formidable d’intégration.

    Comment avez-vous géré les particules et l’aspect brillant des diamants?

    Mathieu Nègrel, le superviseur de l’équipe fx, a fait les setups de l’explosion de la panthère.

    L’aspect brillant a été réalisé grâce à un shader de diffraction maison très rapide, sous mental ray, qui nous a permis de bon rendu de diamant.

    Avez-vous créé une version numérique de la panthère pour certains plans ou actions?

    Oui, évidemment pour l’explosion de la panthère, mais aussi sur l’avion et dans Paris.

    Beaucoup d’autres plans ont été intégrés dans la version réalisateur, qui sortira bientôt, j’espère.

    Comment avez-vous recréé St-Pétersbourg pour cette séquence?

    Pour cette séquence, les graphistes de Digital District ont utilisé la technique du Matte-Painting, qui consiste à recréer un décor qui n’existe pas au tournage et qui est ainsi peint en 2D.

    Après une phase de recherche iconographique permettant de créer un décor au plus près de la réalité, les graphistes passent le matte en 3D et le découpe en plusieurs plans pour obtenir une véritable interaction, avec effet de parallaxe, qui permet de créer le mouvement caméra (le pont, les poteaux, les statues et une partie de l’arrière-plan sont ainsi préalablement modélisées en 3D).

    Cette spécialisation de l’espace se conjugue au compositing dans cette séquence.

    Le matte-painting a également été utilisé pour une partie de la séquence Love et du  » Tête à tête avec le Dragon Céleste  », ainsi que pour la scène se déroulant à Paris.

    Trois mois de travail ont été requis pour la seule phase du matte-painting.

    Les plans de St-Pétersbourg sont en fait tournés sur un aéroport. Tous les décors sont des extensions numériques. Les graphistes qui ont fait les mattes, on fait du très bon travail mais la grosse différence entre ce film et un autre, c’est que tous les mattes ont été spécialisé soit avec les équipes de compositing soit en 3D avec des cammap, ce qui les rend encore plus vivant.

    Pouvez-vous nous expliquer plus en détail la création des bracelets roulant dans la neige?

    Une partie des bracelets est en full 3D. Les autres sont des maquettes échelle 1:4 sur lesquelles on a remis des anneaux 3D pour ajouter des réflexions.

    Pouvez-vous nous expliquer en détail la conception et la création du superbe dragon?

    Pour déterminer l’esthétique du personnage du Dragon, une recherche visuelle dessinée est préalablement nécessaire. Après validation des proportions, éléments physiques et couleurs, le character designer cède sa place aux modeleurs, animateurs, setupeurs pour ensuite terminer par les phases habituelles de texturing, lighting, shading etc.

    Grâce à cette étape de setup, les éléments constitutifs du personnage céleste, tels que les écailles, atteignent ainsi un niveau de mouvement optimum d’indépendance du corps général, révélant une créature merveilleuse à l’aspect authentique.

    Le design a été réalisé par Stephane Levalois. Un certain nombre d’allers-retours entre Bruno et Cartier ont été nécessaires pour que notre création reflète parfaitement l’esprit des bijoux de la marque.

    Comment avez-vous géré l’interaction du dragon avec la montagne?

    On a tourné beaucoup d’éléments de gravats. Mais pour une meilleure intégration, on a fait aussi beaucoup de fx d’éboulis de pierres, de fumée, de poussière, etc.

    Quel était le plus gros challenge pour vous dans la séquence avec l’éléphant et le planeur?

    Le plus difficile dans la séquence de l’éléphant a été de refaire entièrement le dos pour que le palais puisse vraiment faire partie du dos.

    Pouvez-vous nous parler de la création du palais sur le dos de l’éléphant?

    Pour pouvoir intégrer le palais sur l’éléphant, il nous a fallu recréer entièrement son dos et animer les déformations de la peau.

    Comment avez-vous géré les plans de la panthère sur le planeur?

    C’est un mix de léopard 3D et d’autres tournés sur fond vert.

    Pouvez-vous nous expliquer la création de Paris de nuit?

    Beaucoup de travail de matte-painting et de recherche graphique en compositing pour trouver le look de cette séquence. Ce fut bizarrement une séquence plus compliquée que prévu. Le résultat nous transporte bien dans un Paris revisité.

    Avez-vous développé des outils pour ce projet?

    Un des leads que je n’ai pas encore cité, mon ami Marc Dubroi, qui a partagé la supervision du film, s’est occupé du layout et des outils workflow en tout genre.

    Il a développé des outils de découpe de plan pour être très réactif lors d’un nouveau montage, des outils de pipe dans Maya et des outils de communication permettant aux artistes de publier facilement des vidéos dans Shotgun. Un excellent travail, sans lequel le film n’aurait pu exister!

    En temps que superviseur du studio, je me suis occupé de superviser le rendu, j’ai fait le shave et le shading puis le rendu du léopard… qui m’a pas mal empêché de dormir !

    Que gardez-vous de cette expérience?

    Une très belle expérience humaine. J’ai la chance de pouvoir choisir mes équipes et je peux dire que là, c’était ma dream team.

    Combien de temps avez-vous travaillé sur ce film?

    6 à 8 mois avec la pré-prod mais 2 mois plus durs à partir du montage déf.

    Quelle était la taille de votre équipe?

    Plus de 50 personnes ont travaillé sur la post-production de L’ODYSSÉE DE CARTIER.

    Sept mois de travail de post-production ont été nécessaires pour ce film. Trois mois pour chaque phase de montage.

    Combien de plans avez-vous faits?

    Personnellement environ 35.

    Quel est votre prochain projet?

    Je suis actuellement sur le nouveau film de Bruno, un film Chanel.

    Quels sont les 4 films qui vous ont donné la passion du cinéma?

    Bien sûr les premiers qui m’ont transmis la passion des effets spéciaux sont TRON, RETOUR VERS LE FUTUR, et autres films fantastiques.

    Mais j’ai des goûts assez éclectiques, j’ai été très sensible à des films aussi différents que NO COUNTRY FOR OLD MEN des frères Coen, THERE WILL BE BLOOD de Paul Thomas Anderson ou encore LA JETÉE de Chris Marker.

    A big thanks for your time.

    // EN SAVOIR PLUS ?

    - Digital District: Page spéciale L’ODYSSEE DE CARTIER sur le site de Digital District.

    // L’ODYSSEE DE CARTIER – CREDITS

    Post producteurs

    NATALY AVEILLAN

    MATTHIEU LAUXEROIS

    Story board

    Rough man

    FRED REMUZAT

    Designer dragin et panthère bijou

    STEPHANE LEVALLOIS

    Recherche graphique Saint-Petersbourg et Chine

    FRANÇOIS PEYRANNE

    Monteuses

    CORALIE RUBIO

    FRED OLSZAK

    Monteur adjoint

    ANTHONY ORNECQ

    Assistant monteur

    REMI NONNE,le bocal

    Flame Superviseur

    BRUNO MAILLARD

    Flamistes

    MICHAEL MARQUES

    JONATHAN LAGACHE

    ERIC ALCUVILLA

    INGMAR RENOUARDIERE

    Compositing Superviseur

    VINCENT GUTTMAN

    Graphistes

    JOHANNES BELLAROSA

    PENELOPE VAN DE CAVE

    FREDERIQUE VAUTEY

    MORGAN VANORA

    JEANNE LOYER

    MATHIEU GIRARD

    MIKAEL LYNEN

    SYLVETTE LAVERGNE

    AURELIEN TEURLAI

    FRANÇOIS POUPON

    Matte-Painters

    THIEN-CO PHAM KE

    DELPHINE VAN BAY

    JUSTINE GASQUET

    ADRIEN ZEPPIERI

    Conformation

    JEAN_MATTHIEU SENECA

    Tracking 3D Superviseur

    FRED MAYER

    Graphistes

    XAVIER GOUBIN

    PIERRE PILARD

    Lead layout, Lead pipeline

    MARC DUBROIS

    Modeling / Layout Graphistes

    MATHIEU BRIOLAT

    BENOIT ROEKENS

    PAULINE GIRAUDEL

    JULIEN ROGUET

    ROMAIN CARLIER

    NICOLAS MARTIN

    Lighting/Shading/Rendering Superviseur

    BENOIT REVILLOD

    Graphistes

    NICOLAS BRUNEAU

    OLIVIER OSOTIMEHIN

    AXEL MORALES

    CELESTIN SALOMON

    ARNAUD JOLI

    SETUP Superviseur

    JEROME CAPERAN

    Graphistes

    SEBSTIEN DRUILHE

    JEAN_BAPTISTE CAMPIER

    Lead animation

    MATTHIEU ROYER

    Animation Superviseur

    MATTHIEU ROYER

    Graphistes

    SEBASTIEN KUNERT

    DAVID LAPIERRE

    JULIEN BOUDOU

    LAURENT PANDACCINI

    GABRIEL GELADE

    SFX Superviseur

    MATHIEU NEGREL

    Graphistes

    LUCIE CASALE

    THOMAS EID

    NICOLAS ZVOROWSKA

    分享到: